Le Clash des eaux 💧 : eau du robinet VS eaux en bouteille

5 juillet 2024

Le Clash des eaux 💧 : eau du robinet VS eaux en bouteille

Vous vous ĂȘtes dĂ©jĂ  demandĂ© s’il valait mieux boire de l’eau en bouteille ou celle du robinet 🚰 ? Ou si l’eau du robinet Ă©tait vraiment bonne pour la santĂ© ? Dans certaines rĂ©gions, il est vrai que son petit goĂ»t de chlore n’est pas des plus rassurants
 De  leur cĂŽtĂ©, les eaux en bouteille, qu’elles soient minĂ©rales ou de source, vantent leur puretĂ©, leur richesse en minĂ©raux et leurs bienfaits pour la santĂ©.

Mais qu’en est-il vraiment ?

Aujourd’hui, sous vos yeux Ă©bahis, nous faisons s’affronter l’eau du robinet et les eaux en bouteille dans un match qui promet d’ĂȘtre sans pitiĂ©. đŸ„Š

1er round : L’eau du robinet, meilleure pour la santĂ© đŸ‘©â€âš•ïž

L’eau du robinet a longtemps suscitĂ© et suscite encore aujourd’hui de la mĂ©fiance. đŸ€š En cause peut-ĂȘtre, les alertes des annĂ©es 90 sur la pollution de l’eau du robinet par les nitrates et les pesticides. Depuis, ces alertes ont au contraire entraĂźnĂ© la multiplication des stations de traitement. 

Aujourd’hui, l’eau du robinet est une eau potable 🚰, soumise Ă  des exigences strictes, dĂ©finies par dĂ©cret. 54 paramĂštres sont surveillĂ©s et contrĂŽlĂ©s frĂ©quemment par diffĂ©rents acteurs : les ARS (agences rĂ©gionales de santĂ©), les usines de traitement et les rĂ©seaux de distribution. Alors il est vrai que dans certains cas, un petit goĂ»t de chlore pourrait nous inquiĂ©ter 😟. En rĂ©alitĂ©, il ne compromet pas la qualitĂ© sanitaire du produit alimentaire le plus contrĂŽlĂ© en France. De plus, il suffit de laisser s’aĂ©rer l’eau dans une carafe avant de la boire pour que ce goĂ»t disparaisse.

Les eaux en bouteille, en revanche, prĂ©sentent plusieurs inconvĂ©nients pour la santĂ© du consommateur. Le premier, le plus Ă©vident, est le problĂšme de la prĂ©sence de microplastiques dans un grand nombre d’eaux embouteillĂ©es. Ce problĂšme a Ă©tĂ© mis en lumiĂšre par l’association Agir pour l’environnement en juillet 2022. Le rapport d’analyse dĂ©montre que sur 9 des eaux embouteillĂ©es les plus vendues de France, 7 contiennent des microplastiques. Jusqu’à 121 microparticules par litre, provenant essentiellement de la bouteille, du bouchon et du processus d’embouteillage. Et comme on l’avait expliquĂ© dans notre article sur les microplastiques, l’ingestion de ces petites bĂȘtes est loin d’ĂȘtre recommandĂ©e ! 

2Ăšme round : L’eau du robinet, mieux contrĂŽlĂ©e 🛂

Mais ce n’est pas tout ! Saviez-vous que les eaux en bouteille ne rĂ©pondent ni aux mĂȘmes obligations, ni aux mĂȘmes normes que l’eau du robinet ?

👉 Les eaux minĂ©rales par exemple ne pourraient pas ĂȘtre distribuĂ©es par le rĂ©seau des eaux publiques puisque non conformes aux critĂšres d’eau potable. Certaines teneurs en minĂ©raux leur sont autorisĂ©es alors qu’elles ne seraient pas tolĂ©rĂ©es pour l’eau du robinet. Certaines eaux trĂšs minĂ©ralisĂ©es ne conviennent d’ailleurs pas Ă  un usage quotidien.

👉 Les eaux de source en revanche sont soumises Ă  la mĂȘme rĂ©glementation que l’eau du robinet en termes de potabilitĂ©. Cependant, leur composition n’est pas stable dans le temps : elle varie d’une marque Ă  l’autre et mĂȘme d’une bouteille Ă  l’autre. Ainsi, le consommateur devrait vĂ©rifier Ă  chaque achat que la composition de la bouteille est bien conforme Ă  ses attentes.

Et c’est un poteau rentrant pour l’eau du robinet, sous les yeux incrĂ©dules du public ! âšœ

3Ăšme round : Les eaux en bouteille revendiquent leur haute qualité  Vraiment ? đŸ€š

C’est l’un des arguments des gĂ©ants de l’eau en bouteille. Leurs eaux minĂ©rales ou de source seraient “plus pures”, “plus saines”, “recommandĂ©es pour les bĂ©bĂ©s”, on en passe 🙄. Ces affirmations seraient liĂ©es au fait que ces eaux, puisĂ©es dans des nappes souterraines trĂšs profondes, seraient protĂ©gĂ©es des risques de contamination et de pollution.

Mais qu’en est-il vraiment ?

Allez, passons sur le problĂšme des micro et nano-plastiques liĂ© Ă  l’embouteillage Ă©voquĂ© plus haut et regardons Ă  la source. Force est de constater que ce n’est pas beaucoup mieux. En 2023, le scandale des eaux contaminĂ©es a Ă©clatĂ© au grand jour, grĂące Ă  une enquĂȘte conjointe du journal Le Monde et de Radio France. 

Pour rĂ©sumer, cette enquĂȘte montre que de nombreux industriels ont fait subir Ă  leurs eaux minĂ©rales des traitements non conformes Ă  la rĂ©glementation ainsi que des mĂ©langes avec de l’eau
 du robinet ! 🚰

Et pourquoi cela pose-t-il un problĂšme ? đŸ€”

Le problùme, c’est qu’il y a en quelque sorte tromperie sur la marchandise.

Les eaux minĂ©rales ou de source se caractĂ©risent en effet par leur puretĂ© originelle. Le fait de les puiser dans des nappes phrĂ©atiques profondes garantit normalement l’absence de tout contaminant. C’est d’ailleurs le principal argument marketing des marques concernĂ©es. Et cela justifie aux yeux des consommateurs un prix bien plus Ă©levĂ© que l’eau du robinet.

C’est prĂ©cisĂ©ment pour cela que la rĂ©glementation en matiĂšre de traitements est trĂšs stricte pour ces eaux. Certains traitements ou systĂšmes de filtration sont interdits pour pouvoir les vendre sous le nom d’eau minĂ©rale ou de source. 

Finalement, il s’agit simplement de respecter un certain cahier des charges concernant les eaux minĂ©rales et de source.

Mais si les industriels ont eu recours Ă  ces pratiques, c’était bien pour assurer la sĂ©curitĂ© sanitaire des consommateurs.

Car, ces derniĂšres annĂ©es, certains des plus grands groupes industriels du secteur ont vu leurs ressources aquifĂšres contaminĂ©es par des bactĂ©ries ou des polluants chimiques nĂ©fastes pour la santĂ©. L’un d’eux a mĂȘme trĂšs clairement reconnu que le changement climatique associĂ© Ă  l’expansion des activitĂ©s humaines autour des sources rend le maintien de la qualitĂ© naturelle des eaux trĂšs difficile. C’est ce qui a motivĂ© l’utilisation illĂ©gale et dĂ©libĂ©rĂ©ment dissimulĂ©e aux agents de contrĂŽle de traitements interdits. 

Les industriels concernĂ©s ont donc Ă©tĂ© accusĂ©s de tromperie. Ils ont dĂ» mettre fin aux traitements illĂ©gaux et ne peuvent ainsi plus garantir la qualitĂ© sanitaire du produit vendu. Pas rassurant ! 😟

Et 1 point contre leur camp pour les eaux en bouteille ! đŸ˜”

4ùme round : l’eau du robinet, un impact environnemental moindre 💚

Si les eaux en bouteille perdent du terrain derniĂšrement, c’est grĂące Ă  la prise de conscience de leur impact environnemental. En effet, boire l’eau du robinet est un geste Ă©cologique facile Ă  adopter pour Ă©viter la production de dĂ©chets plastiques. 

Et on le sait, rĂ©duire nos dĂ©chets plastiques est l’un des axes clĂ©s pour rĂ©duire la pollution qui gangrĂšne notre belle planĂšte 🌏. Rappelons d’ailleurs l’existence d’un 7Ăšme continent de plastique en plein cƓur de l’ocĂ©an Pacifique, alimentĂ© justement par ce genre de plastique Ă  usage unique. Ajoutons que la pollution plastique ne se retrouve pas seulement dans nos ocĂ©ans : une simple balade en forĂȘt un dimanche suffit pour s’en apercevoir.

En passant, c’est pour cela qu’on a lancĂ© 900.care, une marque de produits d’hygiĂšne rechargeables, qui se passe de contenants en plastique Ă  usage unique. đŸ€—

Consommer l’eau du robinet plutĂŽt que l’eau en bouteille permet Ă©galement de rĂ©duire la consommation d’énergie et les Ă©missions de gaz Ă  effet de serre liĂ©es Ă  son transport 🚚, Ă  la production d’emballages, et Ă  son extraction de nappes phrĂ©atiques profondes. 

LĂ  aussi, c’est ce qu’on s’est dit avec nos produits Ă  dissoudre (comme notre gel douche ou notre shampoings en bĂątonnets). Quand on sait qu’un gel douche classique est composĂ© Ă  plus de 80% d’eau đŸ€”, pourquoi transporter cette eau alors qu’il est maintenant possible de ne transporter que les ingrĂ©dients actifs et utiliser l’eau du robinet qu’on a dĂ©jĂ  chez nous ?

Uppercut du gauche de la part de l’eau du robinet ! 👊

5Ăšme round : faites des Ă©conomies avec l’eau du robinet đŸ€‘

On ne va pas y aller par 4 chemins : l’eau en bouteille est en moyenne 100 à 300 fois plus chùre 💾 que l’eau du robinet. 

L’eau du robinet est mĂȘme une ressource naturelle gratuite en elle-mĂȘme. Notre facture d’eau potable couvre simplement les services publics de potabilisation, de distribution et d’assainissement, en plus de certaines taxes.

Mais voyez plutĂŽt :

👉 L’eau du robinet coĂ»te 0,003 € / litre en moyenne. Soit moins de 2€ par an pour une consommation de 1,5 litre d’eau par jour.

👉 L’eau en bouteille coĂ»te plutĂŽt 0,3 € / litre, et peut atteindre 0,9€ / litre pour certaines marques. Soit un coĂ»t qui oscille entre 160 € et 500 € par an pour la mĂȘme consommation !

Et c’est le K.O. pour les eaux en bouteille ! đŸ€•

La grande gagnante : l’eau du robinet đŸ’Ș

Et l’eau du robinet est victorieuse par K.O. de l’eau en bouteille ! Le rĂ©sultat du match est sans appel. Que ce soit pour votre santĂ©, pour la planĂšte 🌍, ou pour votre porte-monnaie 👛, l’eau du robinet est le meilleur choix ! đŸ„‡

Et ce, que ce soit pour sa consommation ou pour vos cosmĂ©tiques. Alors c’est le moment de tester nos kits essentiels ! Reconstituer ses produits d’hygiĂšne avec l’eau du robinet, c’est bon pour prendre soin de soi et de l’environnement. Et en plus, c’est un jeu d’enfant ! 🧒

Sources : Le centre de l’information sur l’eauEau FranceAgir pour l’environnementFrance Infoquechoisir.org : eaux en bouteilles aux arĂŽmes de microplastiquesquechoisir.org : quelle eau boire ?quechoisir.org : Eau en bouteille, tromperie Ă  grande Ă©chelle pour masquer des contaminations

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *